Connaître l’Armée grâce à un programme innovateur au secondaire

Article / Le 11 juin 2019 / Numéro de projet : 19-0152

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Ottawa (Ontario) – Des élèves locaux du secondaire suivent l’instruction élémentaire que tous les soldats à temps plein reçoivent et ils obtiennent aussi des récompenses scolaires et financières dans le cadre d’un nouveau programme d’enseignement coopératif. 

Ils conviennent que l’expérience les prépare bien pour le monde du travail, qu’ils choisissent ou non de s’enrôler dans les forces militaires.

Seize élèves se sont inscrits au programme, qui est donné par le 33e Régiment des transmissions, une unité de la Réserve de l’Armée basée à Ottawa. Il a commencé en février 2019 et prendra fin le 24 juin. Les participants suivent les cours de la Qualification militaire de base (QMB) et de la Qualification militaire de base (Terre) [QMB (T)], suivis par une formation de chauffeur sur divers véhicules militaires.

Pour être admissibles, les élèves doivent être des citoyens canadiens, avoir au moins 16 ans et avoir le consentement de leurs parents. S’ils réussissent leur programme, cela leur rapportera quatre crédits scolaires, ainsi qu’un montant de 100 $ par journée complète d’instruction, en plus de les rendre admissibles à un remboursement des études postsecondaires pouvant aller jusqu’à 2 000 $ par année.

Des participants décrivent leur expérience

« J’ai toujours été attiré par les forces armées parce que j’ai toujours voulu repousser mes limites physiques et mentales, et je ne crois pas qu’il y ait un autre milieu où on puisse vraiment faire ça », affirme le soldat William Mouser, 17 ans, élève de l’institut collégial Glebe d’Ottawa, qui sert aussi comme réserviste au sein du 33e Régiment des transmissions.

Le sdt Mouser envisage une carrière militaire à temps plein, peut-être dans les transmissions ou comme pilote de l’Aviation royale canadienne, mais il dit qu’il n’a aucune doute que son expérience du programme coopératif lui sera utile dans sa carrière quelle qu’elle soit.

« Dans les forces armées, on vous instille la ponctualité et vous devez rendre compte de ce que vous faites et être responsable », affirme-t-il. « C’est vraiment bien d’acquérir ça à un jeune âge. Il y a aussi le travail d’équipe : tout le monde a quelque chose à faire et il doit en assumer la responsabilité, mais on ne peut pas y arriver sans son équipe. »

Le soldat Reese Jardine, 17 ans, fréquente l’école secondaire West Carleton et sert aussi comme réserviste dans le 33e Bataillon des services. Ancienne cadette, elle s’est jointe au Corps 2870 des Royal Canadian Dragoons, à l’âge de 13 ans, elle convient que les leçons apprises durant son expérience du programme coopératif lui sera utile, qu’elle demeure ou non sur un parcours professionnel militaire.

« Lorsque je fais une entrevue, je peux puiser dans mon expérience et dire que j’ai été confrontée à un gros défi et que je l’ai relevé. Il me reste encore une année à faire au secondaire, mais je me sens tellement plus mature », soutient-elle.

Ces deux élèves ont souligné qu’il y avait des défis physiques considérables dans les parties QMB et QMB (T) de la formation, mais maintenant, ils disent en avoir un bon souvenir.

« Sur le coup, c’est épouvantable », se souvient le sdt Mouser. « Quand on est assis dans une tranchée, qu’on est fatigué, mouillé et qu’on a froid, on se demande pourquoi on fait ça. Puis, on passe à travers et, en rétrospective, je me dis que c’était super. »

« La partie QMB (T) dure deux semaines », ajoute le sdt Jardine. « C’était le cours le plus bref et le plus difficile. On fait une marche avec sac à dos au moins une fois par jour. Et on se retrouve sur le terrain à dormir dans les tranchées pendant six jours. On manque de sommeil, on se fait attaquer par l’ennemi, on essaie d’aider ses camarades là-bas, dans le froid. Ça crée des liens entre tous les participants parce qu’on vit les mêmes expériences. »

D’autres programmes en cours de développement

Le capitaine Rey Garcia-Salas, capitaine-adjudant de 33e Régiment des transmissions, attribue à un collègue, le sergent Robert Low, l’idée de proposer un programme coopératif, qui repose sur l’impression positive que lui a laissé son affectation passée à la 32e Brigade à Borden (Ontario).

Les commissions scolaires publiques et catholiques d’Ottawa ont signé après avoir vérifié que le programme répondrait aux exigences en matière de sécurité et d’enseignement, a-t-il ajouté.

« Nous travaillons à une proposition pour l’an prochain, parce que nous avons eu du succès. Grâce aux forces armées, les élèves acquièrent des connaissances et créent un réseau pour les aider à réussir plus tard dans la vie. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :