Des aspirants-camionneurs de la Réserve de l’Armée s’internationalisent

Article / Le 3 avril 2018 / Numéro de projet : 18-0107

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Toronto (Ontario) — Un nouveau jalon a été franchi dans le cadre d’une initiative visant à former les réservistes de l’Armée canadienne (AC) en camionnage longue distance : le franchissement de la frontière des États‑Unis.

Ces trois dernières années, le sergent Tim Canning, un soldat de la Force régulière servant au sein du 32e Bataillon des services (32 Bon svc) à Toronto, enseigne aux réservistes les nombreuses tâches et responsabilités liées au mouvement d’équipement militaire par camion.

Renforcement de la Réserve de l’Armée

Cette démarche s’inscrit dans la vaste stratégie du Renforcement de la Réserve de l’Armée canadienne (RRAC), grâce à laquelle l’AC intègre les réservistes plus étroitement à la Force régulière et élargit l’éventail des tâches effectuées par les réservistes. Elle permet aussi à l’Armée de devenir plus autosuffisante, puisqu’elle recourra moins à des entrepreneurs civils en camionnage.

Expérience transfrontalière

Le sgt Canning dit qu’il aime donner à ses stagiaires une expérience réelle dans la mesure du possible et qu’il était content de répondre à un appel récent de la part du Régiment d’opérations spéciales du Canada (ROSC), qui avait besoin d’un soutien en matière de camionnage pour apporter de l’équipement au pays, par suite d’un exercice tenu au Nouveau‑Mexique, aux États‑Unis.

Le soldat Randy Avery était au volant pour le trajet, lequel a commencé à Toronto à la fin de février, tandis que le sgt Canning était sur place pour le guider.

Transport d’équipement et de munitions lors d’exercices et de déploiements

« Se rendre au Nouveau-Mexique est une occasion d’apprentissage extraordinaire », affirme le sgt Canning. « Même après qu’un chauffeur ait été qualifié, souvent, il n’a pas l’occasion de faire des choses comme traverser la frontière et transporter ce type de chargement très souvent. Nous mettons tout en œuvre pour faire en sorte qu’ils aient les compétences et l’expérience avant qu’ils soient envoyés faire le travail. »

« Le chargement comptera diverses marchandises, mais la majeure partie sera des munitions et des véhicules », souligne-t-il.

« Le fait que la Force de réserve réponde à notre appel pour du soutien immédiat était idéal », affirme le lieutenant‑colonel Andrew Vivian, le commandant du ROSC. « Sa capacité à établir des partenariats avec diverses unités et organisations pour réaliser une myriade de tâches et de missions en dit long sur la force de la Réserve. En tant que régiment, nous sommes fiers d’avoir de nombreux réservistes employés au sein de l’unité et nous nous fions régulièrement à leur expertise. »

Le fait d’avoir des camionneurs qualifiés de la Réserve présentera de nombreux avantages, selon le sgt Canning.

« Il y a constamment des déploiements ou des exercices », dit-il. « Il y a tellement de choses qui se passent en même temps, il est donc très important que nous puissions prendre soin de nous-mêmes. Il est crucial pour les forces armées que nos gens aient ces compétences et soient autosuffisants parce que, lorsque nous allons à l’étranger, nous faisons encore du camionnage une fois là-bas. C’est une plateforme différente que nous utilisons – de gros camions blindés –, mais nous accomplissons quand même la tâche. Et nous n’avons pas d’entrepreneurs civils là-bas pour faire le travail à notre place. Donc, avoir les compétences voulues avant de partir, particulièrement en zone de combat, c’est vraiment important. »

Économies en frais de transport civil longue distance

Le lieutenant‑colonel David DeVries, commandant du 32 Bon svc, explique l’initiative de camionnage se déroule sous forme d’essai jusqu’en 2020, et l’on espère qu’à cette date, on aura qualifié 24 chauffeurs réservistes.

« Cela crée un rôle établi pour les réservistes, dans la mesure où ils peuvent faire tous les jours quelque chose dont les Forces armées canadiennes (FAC) ont besoin. Nous consacrons une grosse partie de notre budget de transport longue distance à des entrepreneurs, alors que le recours à des soldats constitue une méthode beaucoup plus rentable. Nous avons constaté qu’il nous fallait des chauffeurs compétents, et cette initiative offre non seulement un moyen de former nos chauffeurs pour les tâches au pays, mais aussi pour les déploiements – alors nous aurons des gens qui sont familiers avec l’équipement. »

La diversité et l’inclusion canadiennes sont une force cruciale

Il souligne aussi que le 32 Bon svc, comme l’AC dans son ensemble, accueille les Canadiens de tous les milieux. Bien que le camionnage civil et militaire soit dominé par les hommes pour le moment, ajoute-t-il, le bataillon compte déjà une femme camionneuse, le caporal Jeanette Lapensée, qui a rapporté de l’équipement du Nouveau-Mexique à bord d’un autre véhicule.

« Les femmes représentent presque 15 pour cent de notre unité », précise le lcol DeVries. Ainsi, les chiffres du 32 Bon svc concordent avec ceux de l’ensemble des FAC. En vertu de Protection, Sécurité, Engagement – La politique de défense du Canada, l’objectif est d’augmenter le nombre de femmes d’un pour cent par année, jusqu’à ce qu’on atteigne au moins 25 pour cent d’ici 2026.

Le lcol DeVries ajoute que les membres des minorités visibles vont se sentir à l’aise au 32 Bon svc, lequel reflète clairement la grande diversité ethnique de sa ville d’origine.

« Toronto est l’une des villes ayant la plus grande diversité au monde, et plus de 50 pour cent des membres de notre unité représentent des minorités visibles », affirme-t-il.

C’est une bonne nouvelle, qui appuie fortement la politique de défense, laquelle s’engage à bâtir un effectif qui reflète les idéaux canadiens en matière de diversité, de respect et d’inclusion.

« Nous les mettons en valeur afin que d’autres personnes provenant de collectivités diversifiées puissent dire : ‟Wow! Voilà quelque chose que je pourrais faire.” »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

 

Vous cherchez une superbe carrière à temps plein? Les Forces armées canadiennes embauchent. Voyez les occasions d’emploi ici : https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/campagnes/emplois-en-demande.html.ca/en/department-national-defence/campaigns/in-demand-jobs.html

Et souvenez-vous, vous pouvez aussi occuper un emploi à temps partiel : un soir par semaine et une fin de semaine par mois au sein de la Réserve de l’Armée canadienne.

Pour vous joindre à la Réserve de l’Armée, commencez par vous rendre au manège militaire local de votre collectivité ou région. Si vous cherchez un métier en particulier, vous devez vous joindre à une unité qui offre ce type d’emploi.

Parcourez cette liste d’unités de la Réserve pour en trouver une près de vous : http://www.army.forces.gc.ca/fr/reserve/index.page#unit

 

Date de modification :