Deuil et gratitude lors de la cérémonie de reconsécration du cénotaphe de Kandahar

Article / Le 20 août 2019 / Numéro de projet : 19-0232

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Steven Fouchard, Affaires publiques de l’Armée

Ottawa (Ontario) — Une ambiance de tristesse et de deuil régnait parmi les chefs militaires, les dirigeants gouvernementaux et les familles et amis qui s’étaient réunis pour procéder à la reconsécration d’un monument en hommage aux militaires canadiens tombés au combat en Afghanistan. Mais cette cérémonie était accompagnée d’un message clair de la part du peuple afghan : ces sacrifices n’auront pas été vains.

Le cénotaphe de Kandahar a été conçu et construit par des soldats canadiens en Afghanistan. Il a été rapatrié au Canada en 2011 et se trouve maintenant à son emplacement permanent, dans la Salle commémorative de l’Afghanistan au Quartier général de la Défense nationale (QGDN) (Carling), à Ottawa.

C’est un sous un ciel nuageux de circonstance que la cérémonie s’est ouverte au QGDN (Carling) à 11 h le 17 août 2019. Son Excellence Julie Payette, gouverneure générale du Canada, l’honorable Harjit Sajjan, ministre de la Défense nationale, et le général Jonathan Vance, chef d’état-major de la défense, ont tous offert leurs remerciements aux centaines de familles, amis et autres invités présents.

M. Richard Mills fils, chef de mission adjoint auprès de l’ambassade des États-Unis à Ottawa, a également transmis les remerciements de son pays pour l’engagement du Canada dans ce conflit, tout comme M. Fahim Ebrat, premier secrétaire de l’ambassade de l’Afghanistan, aussi située à Ottawa.

« Les mots ne suffisent pas pour exprimer la profonde gratitude de ma nation envers les héros qui sont tombés au combat. Nous nous souviendrons à jamais des sacrifices de ces braves hommes et femmes, sacrifices qui n’auront pas été vains », a déclaré M. Ebrat.

Il a parlé de la province de Kandahar, où les forces canadiennes étaient concentrées. Le climat qui régnait dans cette région durant la mission canadienne était hautement incertain, mais M. Ebrat décrit maintenant Kandahar comme une province « dynamique », grâce aux sacrifices des soldats canadiens.

« Leurs noms sont gravés sur ce cénotaphe, pour que nous n’oubliions jamais ce que les Canadiens et leurs héros disparus ont fait pour nous. Je tiens à dire haut et fort que leur legs restera lui aussi gravé à jamais dans le cœur de mon peuple et fera pour toujours partie de notre histoire. Les changements rendus possibles grâce aux sacrifices de vos proches se voient au quotidien, chaque fois qu’une jeune fille va à l’école, qu’un citoyen afghan se rend voter, qu’une femme est élue au pouvoir et que le gouvernement prend des mesures pour assurer l’avenir de notre pays. »

« Pour terminer, j’aimerais dire aux familles de tous ceux et celles qui sont tombés au combat, qui ont été blessés au combat ou qui ont servi en Afghanistan que le peuple afghan et son gouvernement n’oublieront jamais les sacrifices consentis », a conclu M. Ebrat.

M. Mills a quant à lui souligné que le Canada est immédiatement venu en aide à ses voisins du Sud dans les heures qui ont suivi les attentats du 11 septembre — attentats qui ont déclenché la mission en Afghanistan —, en accueillant sur son territoire les voyageurs touchés par la fermeture de l’espace aérien américain.

« Alors que tout semblait sombrer dans le chaos aux États-Unis, nos amis canadiens sont rapidement venus à notre secours. Vous étiez là pour nous, à Gander et dans différentes autres villes, pour accueillir des avions remplis de voyageurs américains et étrangers. Vous étiez à nos côtés dans les couloirs du NORAD, au Northern Command, alors que nos centres d’opérations interarmées tentaient de gérer ces événements impensables. »

« C’est un honneur d’être ici aujourd’hui, au nom de tous les Américains, pour rendre hommage aux 158 soldats canadiens qui ont donné leur vie pour assurer la protection et la sécurité de nos grandes nations. Les États-Unis sont reconnaissants de leurs sacrifices et ne les oublieront jamais », a poursuivi M. Mills.

Le général Vance a affirmé s’être souvent rendu au cénotaphe pour réfléchir durant ses deux périodes de service en Afghanistan. Selon lui, il représente tout autant un symbole d’espoir qu’un symbole de deuil.

« Le cénotaphe est un monument de deuil, mais il porte aussi les espoirs, les peurs, le courage et la vitalité de tous ceux et celles qui ont perdu la vie lors de la mission qu’ils tentaient d’accomplir. C’est un monument très vivant. »

À Kandahar, le cénotaphe était toujours bien à la vue des chefs de mission, pour leur rappeler les énormes responsabilités qui viennent avec le commandement. Selon le général Vance, le monument aura une signification tout aussi profonde à son nouvel emplacement, à Ottawa.

« Il se trouve dans une salle commémorative permanente, dans un endroit familier près du quartier général, où tous ceux et celles qui le souhaitent pourront se rendre pour se souvenir non seulement des terribles coûts de la guerre, mais aussi des joies de la camaraderie militaire. Ils auront la chance de voir le visage et peut-être même d’entendre la voix des soldats qui ont tout donné et qui, d’une certaine façon, continuent de faire une différence encore aujourd’hui. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :