Le héros de guerre autochtone Francis Pegahmagabow au centre d’un hommage musical

Article / Le 9 août 2018 / Numéro de projet : 18-0330

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Par Steven Fouchard, affaires publiques de l'Armée

Ottawa, en Ontario — Les créateurs d’un hommage musical à volets multiples envers le sergent-major de compagnie Francis Pegahmagabow espèrent que leur traitement de l’histoire du héros de la Première Guerre mondiale sera un bon point de départ pour les discussions de guérison entre les Autochtones et les Canadiens.

Sounding Thunder : Le chant de Francis Pegahmagabow combine la musique, le théâtre et les éléments visuels pour raconter l’histoire du SMC Pegahmagabow, le soldat autochtone le plus décoré à avoir servi pendant la guerre.

Une représentation de Sounding Thunder a eu lieu à Ottawa le 31 juillet dans le cadre du Chamberfest, un festival de musique classique qui a lieu chaque année dans la capitale.

Le SMC Pegahmagabow s’est taillé sa réputation de tireur d’élite féroce avec plus de 300 décès confirmés. Il est un de seulement 38 Canadiens à avoir reçu la Médaille militaire à deux barrettes – chacune en reconnaissance d’un acte de bravoure. L’équivalent moderne est la Médaille de la vaillance militaire.

Quelques heures avant la représentation à Ottawa, l’équipe créative derrière Sounding Thunder s’est assise avec un auditoire attentif au Musée des beaux-arts du Canada pour discuter de sa création.

Les idées de la production ont été judicieusement plantées à Parry Sound, en Ontario, près du lieu de naissance et de résidence après la guerre du SMC Pegahmagabow, la Première Nation Wasauksing. James Campbell, directeur artistique de l’organisme artistique local Festival of the Sound, a commencé à y conceptualiser la pièce il y a deux ans.

La collectivité locale a salué le SMC Pegahmagabow en 2016 avec le dévoilement d’une statue à son image, l’objectif de M. Campbell était de créer un hommage qui serait partagé à plus grande échelle.

« La musique, les mots, l’art et le théâtre rendent l’histoire vivante, » dit-il.

Armand Ruffo, l’auteur ojibwé responsable du script de la pièce, se rappelle d’une remarquable coïncidence qui a eu lieu juste avant qu’il soit invité à contribuer.

On lui a envoyé une copie de Sounding Thunder : Le chant de Francis Pegahmagabow, pour révision en vue d’une publication littéraire. L’auteur du livre est le Dr Brian McInnes, l’arrière-petit-fils du SMC Pegahmagabow.

« J’étais en train de lire le livre, » ajoute-t-il. « C’est un merveilleux exploit. »

M. Ruffo n’a jamais écrit la révision, mais le livre l’a profondément touché et il a saisi l’occasion de contribuer à une adaptation musicale.

« Quand l’invitation est rentrée, j’ai dit "c’était écrit dans le ciel". C’est un honneur pour moi d’en faire partie. »

Dr McInnes, qui était le narrateur à la représentation à Ottawa, dit qu’il a aimé le désir des créateurs de raconter une version plus complète de l’histoire – une histoire qui va au-delà de l’incroyable service militaire du SMC Pegahmagabow, abordant son rôle subséquent comme dirigeant politique et défenseur des peuples des Premières Nations.

« Je crois que dans ce spectacle, on montre davantage qui il était essentiellement, » dit-il, ajoutant que son arrière-grand-père était aussi un musicien qui a joué un certain nombre de cuivres.

Dr McInnes a également observé que le travail du compositeur Timothy Corlis dans la pièce est un mélange de sons autochtones et européens. Cette approche est appropriée, ajoute-t-il, faisant remarquer que bien que le SMC Pegahmagabow faisait l’objet de toute la discrimination systémique à laquelle faisaient face les peuples des Premières Nations du temps, il croyait fermement en l’idée d’un Canada unifié. 

« [La production] rassemble de nombreuses traditions, » dit le Dr McInnes. « C’est ce qu’il était : quelqu’un qui aimait vraiment le monde. »

M. Ruffo ajoute que l’intention des créateurs était que le public garde un sens d’optimiste malgré les éléments plus sombres.

« Ça ne laissera pas d’ecchymose, » dit-il. « Vous partirez avec le sentiment que nous pouvons faire quelque chose de mieux. »

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

Date de modification :