Un déploiement réussi jusqu’à présent pour le caporal honoraire Juno

Article / Le 22 mars 2018 / Numéro de projet : 18-0081

Par le sergent-fourrier Carin Dodsley, Affaires publiques de l’Armée

Remarque : pour visionner les photos additionnelles, veuillez cliquer sur la photo dans la galerie d'images.

Winnipeg, Manitoba – Il y a un an déjà, le caporal honoraire Juno, l’ourse polaire adoptée par l’Armée canadienne, et sa mascotte vivante, est arrivée au zoo du parc Assiniboine à Winnipeg, au Manitoba, pour participer à l’opération SOCIALIZATION.

Durant cette opération, le Cpl honoraire Juno a bénéficié d’occasions d’instruction et d’interactions sociales dont tout ourson (ou un soldat) a besoin pour passer à ours polaire jeune adulte (désormais un caporal).

À deux ans et quatre mois, le Cpl honoraire Juno démontre son esprit de guerrier en demeurant brave, forte et résiliente durant cette période de son développement.

Qualifications, vivres et quartiers

Au début de mars 2017, le Cpl honoraire Juno a quitté son lieu de naissance, le zoo de Toronto, pour se rendre à Winnipeg afin de socialiser avec d’autres ours polaires de son groupe d’âge, ou dans le jargon militaire, pour obtenir sa qualification militaire.

Au zoo du parc Assiniboine, ses quartiers sont situés au Leatherdale International Polar Bear Conservation Centre, une installation de transition et de recherche pour les jeunes ours polaires.

Les vivres du Cpl honoraire Juno sont composés de différentes variétés de poissons, de la bouffe spécialement conçue pour les ours polaires et un produit de viande spécialisé pour les ours polaires, qui contient des protéines et des nutriments nécessaires à la croissance des ours polaires.

Horaire et instruction

Selon Allison Ginsburg, la conservatrice des soins des animaux au zoo du parc Assiniboine – grands carnivores, le Cpl honoraire Juno a un horaire très chargé et actif.

« Les ours polaires sont toujours nourris de nombreuses fois par jour, ils reçoivent de l’enrichissement, ils ont accès à leurs habitats intérieurs et extérieurs et ils ont beaucoup d’interactions avec le personnel des soins des animaux », fait-elle remarquer. On compte présentement neuf ours polaires au zoo.

Mme Ginsburg a expliqué que le Cpl honoraire Juno a participé à de nombreux types d’activités d’enrichissement du milieu pour encourager des comportements « propres à l’espèce ».

« Certaines de ses activités sont interactives. Nous plaçons différents types de jouets près de la clôture et nous courons dans un sens puis dans l’autre ou nous roulons une balle devant eux pour obtenir une interaction directe avec les employés chargés du soin des animaux. »

Des ajouts ont également été apportés à l’habitat du Cpl honoraire Juno. Des objets comme des balles et de gros barils favorisent la stimulation des comportements naturels des ours polaires, notamment bondir pour casser la glace pour attraper des phoques.

« Nous préparons différents casse-têtes dans lesquels nous cachons de la nourriture. Les animaux doivent faire des efforts pour y sortir les aliments », explique Mme Ginsburg.

Dans ses temps libres, le Cpl honoraire Juno s’amuse dans la neige et interagit avec les invités du zoo du parc Assiniboine – à une certaine distance, évidemment.

Socialisation

Peu de temps après son arrivée à Winnipeg en mars 2017, le Cpl honoraire Juno a été présentée à deux jeunes ours polaires mâles de son âge, Nanuq et Siku.

Lors de sa première rencontre avec les ours, le Cpl honoraire Juno a effectué une certaine reconnaissance avant de se joindre à eux.

« Elle était très hésitante quand elle les a vus pour la première fois, et cela lui a pris plusieurs jours avant de se décider à s’approcher d’eux. Elle observait de loin ce qu’ils faisaient, et après un certain temps, elle est allée les rejoindre pour jouer » a déclaré Mme Ginsburg.

Depuis sa présentation à la troupe, le Cpl honoraire Juno a fait un grand bout de chemin. En novembre 2017, elle a fait la connaissance de York, un ours polaire mâle d’un peu plus de trois ans avec qui elle habite maintenant. Elle n’a pas cherché à se cacher cette fois-ci, elle a commencé à interagir avec York immédiatement, ce qui témoigne de sa confiance grandissante envers les rapports avec les autres ours.

Normes

Le Cpl honoraire Juno a déjà répondu avec compétence à bon nombre des normes attendues pour le développement d’un ours polaire. Son poids, qui se situe présentement à 208,5 kilogrammes, est normal pour une ourse polaire de son âge.

Mme Ginsburg a déclaré qu’elle répondait bien à l’instruction. Le Cpl honoraire Juno apprend de nombreux comportements de maintien des ours polaires, qui sont nécessaires pour vivre au zoo, notamment comment s’asseoir, ouvrir sa gueule pour un examen et se tenir debout afin que les employés du zoo puissent bien voir tout son corps – ce qui ressemble à un drill militaire et à des inspections de santé.

L’habitat du Cpl honoraire Juno est formé de trois environnements différents, et elle doit s’habituer à passer de l’un à l’autre. La majorité de son entraînement se déroule en continu, affirme Mme Ginsburg : « Nous travaillons sur le niveau de confort, la confiance et la relation avec les maîtres. »

Prochaines étapes

Alors, quelle est la suite pour le Cpl honoraire Juno? Elle continuera de développer les comportements propres à son espèce (ou des connaissances propres à son GPM) dans le cadre de l’opération SOCIALIZATION, probablement tout au long de l’été.

Lorsqu’elle aura atteint la norme de réussite d’un ours polaire adulte (ou dans les termes militaires, lorsqu’elle aura obtenu ses qualifications comme membre formé de l’Armée qui convient à son rôle et à son grade), elle devrait recevoir ses ordres courants pour retourner au zoo de Toronto où elle est née.

Lorsque sa mission d’instruction actuelle sera réussie, le Cpl honoraire Juno sera bien formée et bien équipée pour surmonter n’importe quel défi auquel elle pourrait être confrontée au retour à son unité d’appartenance à Toronto.

Brève histoire du caporal honoraire Juno

L’ourse fougueuse, née le jour du Souvenir en 2015, a été nommée en l’honneur de Juno Beach, le nom de code du lieu du débarquement canadien en France le Jour J en juin 1944. Le zoo de Toronto a décidé que Juno serait un nom approprié.

Le zoo a communiqué avec l’Armée pour lui demander si elle accepterait d’adopter l’ourse en tant que mascotte officielle afin de sensibiliser les gens à la situation critique des ours polaires en milieu sauvage. Le symbolisme de la date de naissance le 11 novembre ainsi que le solide symbole du Canada qui est l’ours polaire ont mené à une entente immédiate.  

L’ourse est un exemple vivant de la bravoure, de la ténacité et de la force des militaires qui ont joué un rôle instrumental dans la réussite des opérations le Jour J sur les côtes de la Normandie en 1944 et un excellent exemple de la devise de l’Armée : Forts, Fiers, Prêts.

Pour commenter cet article, rendez-vous dans la section Articles de la page Facebook de l’Armée canadienne

 

Date de modification :